Motifs de consultation

Le champs d’application de l’ostéopathie est vaste, voici quelques exemples de douleur que votre ostéopathe peut traiter :

  • Système musculo-squelettique :
    Séquelles d’entorses, douleurs articulaires, lombalgies, lumbagos, dorsalgies, cervicalgies, douleurs coccygiennes…
  • Système ORL et pulmonaire :
    Certaines sinusites, otites, céphalées, migraines, bronchites chroniques,  trouble de la déglutition, oppressions respiratoires…
  • Système digestif :
    RGO (reflux, remontée acide), troubles du transit (constipations, ballonnements, diarrhées), douleurs abdominales…
  • Système neurologique :
    Certaines sciatiques, cruralgies, névralgies cervico-brachiales, syndrome du canal carpien, névralgie d’Arnold, engourdissements, fourmillements…
  • Traumatismes :
    Séquelles après un traumatisme : accident de voiture, fracture, conséquences de chutes et de chocs, travail post-chirurgical après cicatrisation (adhérence cicatricielle)
  • État Général :
    Stress, surmenage, fatigue…
  • Le système gynéco-urinaire :
    Règles douloureuses, cystites chroniques, certaine stérilité idiopathique (quand les examens médicaux sont normaux), certains troubles de la miction, suivi ostéopathique de la grossesse et de la période post-partum…
  • Maladie dégénératives, génétiques… :
    Même si l’ostéopathie ne peut pas guérir ces maladies (cancer, sclérose en plaque, parkinson…) elle peut avoir une action sur leurs conséquences, en particulier la douleur, par la libération des tensions des structures environnantes. Dès lors, l’ostéopathie est considérée comme une thérapie palliative complémentaire qu’il ne faut pas négliger.

Cette liste est non exhaustive, si vous souhaitez avoir plus d’informations, parlez-en à votre ostéopathe.